Jacek Kaczmarski

Dobre rady Pana ojca + traduction >FR

 

Bon, au moins ce sera une tentative de traduction... elle sera souvent approximative, puisque ce n’est pas mon idée de vous compliquer davantage la lecture en employant les mots archaïques français qui seraient équivalents plus exacts des paroles polonais... Or, le texte en soi est déjà assez riche en signification et nécessite un certain contexte culturel et historiques (comme plusieurs textes de Jacek Kaczmarski). Donc là, où je l’ai considéré indispensable, je vous ajoute quelques commentaires et des indications comment approfondir vos connaissances sur le sujet.

 

La situation « lyrique » est suivante : c’est un noble polonais, un szlachcic, qui parle ; il apprend à son fils comment doit se comporter un vrai Polonais, et notamment un noble. Attention à l’ironie.

 

 

 

 


 

 


słowa piosenki:

 

Słuchaj młody ojca grzecznie
A żyć będziesz pożytecznie.
Stamtąd czekaj szczęśliwości,
Gdzie twych przodków leżą kości.
Nie wyjeżdżaj w obce kraje,
Bo tam szpetne obyczaje.

 

Nalej ojcu, gardło spłucz
Ucz się na Polaka, ucz.

 

One Niemce i Francuzy
Mają pludry i rajtuzy.
Niechrześcijańską miłość głoszą
I na wierzchu jajca noszą.
Pyski w pudrach i w pomadkach,
Wszy w perukach, franca w zadkach.

 

Nalej ojcu, gardło spłucz
Ucz się na Polaka, ucz.

 

Cudzoziemskich ksiąg nie czytaj,
Czego nie wiesz - księdza pytaj.
Ucz się siodła, szabli, dzbana,
A poznają w tobie pana.
Z targowiska nie bierz złota -
To żydowska jest robota.

 

Nalej ojcu, gardło spłucz
Ucz się na Polaka, ucz.

 

Twoja sprawa - strzec ojczyzny,
Czyli własnej ojcowizny.
Nie wiesz, gdzie się czai zdrada -
Uczyń zajazd na sąsiada.
Jak już musisz być w stolicy
Patrz, co robią politycy.
Na elekcjach dawaj kreskę
Nie za słowa, a za kieskę.

 

Nalej ojcu, gardło spłucz
Ucz się na Polaka, ucz.

 

Bierz od wszystkich z animuszem,
Dawaj na mszę za swą duszę.
Bóg cnotliwe czyta chęci
I zachowa je w pamięci.
Żeń się młodo, dzieci rób
By miał kto o twój dbać grób.
Tu przez wieki twoje dziady
Dały nauk tych przykłady.
Tu przez wieki twoje wnuki
Nie przepomną tej nauki.

 

Nalej ojcu, gardło spłucz
Ucz się na Polaka, ucz.

 

Taką stoi Polska racją
Na pohybel innym nacjom!

 

 

paroles :

 

Suivre sagement les conseil de ton père, le petit, et tu vivras d’une manière utile.

Cherche le bonheur dans le pays où tes ancêtres sont enterrés.

Ne pars pas pour les pays lointains, ils y ont des coutumes vilains.(1)

 

Remplis mon verre, rince ta gorge,

apprends à être un Polonais. (2)

 

Ces Allemands et Français, ils portent des culottes comme des femmes.

Ils proclament un amour antichrétien,

et ils portent leurs couilles exposées.

Ils maquillent leur guelles, dans leur perruques (il y a) des poux (et) la vérole dans leur culs. (3)

 

Remplis mon verre, rince ta gorge,

apprends à être un Polonais.

 

Ne lis pas de livres étrangers, si tu ignore quelque chose – demande aux éclesiastiques. (4)

Apprends (comment te servir de) la selle, (du) sabre et (de) la cruche, et ils te reconnaîtront comme un maître (/un noble).(5)

Ne prends pas d’or du marché, c’est un travail de juif.(6)

 

Remplis mon verre, rince ta gorge,

apprends à être un Polonais.

 

Ce qui te regarde c’est de défendre ta patrie, c’est à dire la domaine de ton père.

 

Tu sais pas où se cache la félonie – invahis (donc) ton voisin ! (7)

Si tu vraiment dois aller à la capitale, regarde ce que font les politiques. Aux élections, donne ta voix à celui qui te paie bien, pas celui qui te promet quelque chose. (8)

 

Remplis mon verre, rince ta gorge,

apprends à être un Polonais.

 

Prend de tous côtés avec l’esprit,

donne de l’argent pour la messe – Dieu voit de bonnes intentions et les gardera en mémoire.

Marie-toi jeune et fais des enfants pour qu’ils prennent soin de ta tombe.

Ici, par des siècles, tes aïeuls suivaient ces conseils.

Ici, par des siècles, tes petits-fils n’oublieront pas ces conseils.

 

Remplis mon verre, rince ta gorge,

apprends à être un Polonais.

 

C’est comme ça en Pologne,

qu’elles crèvent les autres nations !

 

 

 

(1) Ce passage montre au doigt l’habitude polonais de se foutre de ce qui ne concerne pas directement la Pologne... Il suffit de regarder un bon instant la télé polonaise pour avoir l’impression que dehors de la Pologne presque rien ne se passe, le monde extérieure y apparaît d’habitude à l’occasion des catastrophes naturelles, des attaques terroristes ou de la crise mondiale – ah oui, mais la crise concerne aussi  la Pologne ;) 

(2) Là, je pense qu’il ne faut pas expliquer trop... la passion polonaise pour l’alcool pure et simple.

 

(3) En guise de comparaison, vous trouverez ici une image d'un sarmata polonais et de magnaci et d'un noble français de l’époque...

 

(4) Le pouvoir de l’Église catholique était toujours et a encore resté très considérable en Pologne contemporaine. Mais un vrai Polonais, ce n’est pas seulement un catholique mais c’est aussi un ignorant. Il doit pas chercher à élargir ses connaissance ou suivre les études – il a d’autres tâches plus importantes à faire.

 

(5) Donc ici voilà, ce qu’il doit apprendre, ce gentilhomme polonais – l’équitation et l’escrime, pour devenir un guerrier, peut-être même un husar :

 


 

Sans oublier, naturellement, l’art de « boire comme un Polonais ».

 

(6) De la même façon qu’un bon Polonais doit être un guerrier, il est honteux pour un noble de s’occuper du marché, ou généralement des affaires rentables. Un noble dépense sans se soucier comment payer ses dettes (« Zastaw się, a postaw się »). Ce sont les juifs qui en tiraient les profits, qui avaient donc de l’argent qu’ils prêtaient aux « vrais » Polonais. Comment ne pas mépriser un tel individu, qui s’enrichit en profitant de la situation misérable d’un patriote et, encore !, d’un bon catholique ? Là voilà en même temps l’antisémitisme, la paresse, l’incapacité de mener des affaires et l’envie du succès d’un autre.

 

(7) D’un côté, on y voit le caractère querelleur des nobles polonais mais aussi l’intérêt personnel (prywata) qui primait malheureusement sur l’intérêt du pays. Il faut bien être conscient que la Pologne était autrefois un des plus puissant pays d’Europe, avec une armée superbe, les universités, le commerce développe... Ce sont les désaccords internes qui ont mener à sa faiblesse et finalement aux partages 

 

(8) Ah oui, les élections. Il ne faut pas non plus oublier que dans les temps où en France il y avait une monarchie absolue, la République polonaise (Rzeczypospolita) possédait déjà un système élective et démocratique... Mais la prywata des pauvres nobles et le fait de voter pour les lois et les candidats que les riches magnaci supportaient affaiblissaient petit à petit le pouvoir royal.  

 

 

Voilà, j’espère avoir vous donné un peu de contexte ou au moins quelques pistes à suivre pour mieux comprendre tout de ce qu’on se moque dans cette chanson :)

En cas de doutes, demandez des précisions dans les commentaires.

Retour à l'accueil